La vérité sur l’hypnose

hypnose
Image courtesy of nattavut
FreeDigitalPhotos.net

L’hypnose intrigue, fascine et inquiète parfois; souvent victime de son image de music-hall.
Force est de constater que les médias et le grand public ont une vision erronée de l’hypnose et n’y apportent peu ou pas de crédit quant à sa réalité scientifique, et la place parfois au même rang que des pratiques dites ésotériques.

A l’heure où elle se démocratise, notamment dans les hôpitaux de France, je vous propose de découvrir ou re-découvrir l’hypnose, ainsi que tout ce qu’elle a à nous apporter.

 

Qu’est-ce que l’hypnose ?

  • Avez-vous déjà été absorbé par la lecture d’un livre ou le visionnage d’un film ?
  • Avez-vous laissé votre esprit vagabonder, partir dans une rêverie éveillée ?
  • Avez-vous perdu la notion du temps lors d’un trajet en voiture?

Félicitation, vous êtes familier de l’état dit d’hypnose, également appelé transe hypnotique.

Cet état modifié de conscience est simplement une ouverture du dialogue entre le conscient et le subconscient. C’est un mécanisme parfaitement naturel, qui n’a rien d’extraordinaire.
Nous rentrons quotidiennement en transe pour échanger tout un tas d’informations entre notre conscience analytique et notre subconscient (siège des émotions, mémoire à long terme, intuition…).

L’hypnose est donc une discipline qui permet de retrouver cet état de transe, de l’approfondir et de l’exploiter. Ce n’est qu’un outil, une manière de communiquer, accessible à tous, mais son champs d’application diffère selon que l’on soit un médecin anesthésiste, un psychothérapeute, un coach, un mentaliste, un hypnotiseur de spectacle, un commercial, un manager, un politique, un enseignant,……

Contrairement à ce que l’on peut croire, un sujet sous hypnose n’est ni inconscient, ni plongé dans une sorte de sommeil, ni contrôlé; il est dans un état d’hyperconscience et d’attention dirigée, parfaitement conscient et apte à interagir avec son environnent. Tout en bénéficiant d’une profonde détente, il accède ainsi à son plein potentiel créatif, d’apprentissage, de mémorisation, ou même de sa capacité naturelle d’autoguérison.

Par l’apprentissage, nous pouvons retrouver plus rapidement et plus aisément cet état particulier, avec ou sans l’aide d’un hypnotiseur (auto-hypnose).

Hypnose et science

Grâce aux progrès des techniques d’imagerie cérébrale (IRMf, PET scan, EEG,…), l’état d’hypnose est une réalité aujourd’hui scientifiquement établie.
Sans toutefois cerner l’ensemble des mécanismes qui entrent en jeu, nous sommes en mesure d’en constater concrètement les effets.

Voici les principaux signes neurophysiologiques:

  • augmentation de l’activité du Cortex Cingulaire Antérieur (CCA), impliqué dans l’attention, la motricité et la douleur
  • augmentation de l’activité du cortex préfrontal dorsolatéral gauche, impliqué dans les fonctions exécutives
  • diminution de l’activité dans les lobes pariétaux, qui renforce le sentiment de dissociation
  • ondes cérébrales alpha (8-13Hz), ce qui correspond à un état de conscience apaisé, de la relaxation ou de la méditation.

Il y a également des signes cliniques extérieurs, facilement observables:

  • modification du tonus musculaire : catalepsie, hypotonie
  • modification du rythme respiratoire
  • déglutition accélérée
  • « Mouvements  Oculaires Rapides » (MOR ou REM pour Rapid Eye Movements)
  • et bien évidemment toute manifestation répondant à une suggestion

L’hypnose fait l’objet de nombreuses  publications scientifiques.

Sommes nous tous hypnotisables ?

Oui, mais notre susceptibilité hypnotique est différente et dépends de plusieurs facteurs.
Il est vrai qu’une personne qui ne souhaite pas se « laisser aller » peut nuire à l’induction hypnotique mais les tests de personnalité vont à l’encontre de la croyance populaire que les personnes les plus réceptives sont « faibles et soumises ».
C’est notre capacité à faire fonctionner en tandem nos réseaux corticaux exécutifs et cognitifs, qui détermine notre facilité à entrer en transe et répondre à une suggestion. Une signature neuronale claire pour les scientifiques de Stanford qui ont publié en Octobre 2012 les résultats de leur étude . En pratique ça se traduirait par une capacité à focaliser son attention sur quelque chose de précis sans être dérangé par l’environnement, la capacité de se mettre dans une bulle ou à être absorbé par notre imagerie mentale.

Les plus jeunes font majoritairement preuves d’une plus grande  susceptibilité à l’hypnose.

Si je devais résumer la susceptibilité hypnotique en 3 facteurs:

  • ouverture à l’expérience,
  • implication dans l’imaginaire
  • imagerie mentale riche.

Hypnose et santé

C’est l’hypnose ericksonienne ou nouvelle hypnose qui est enseignée dans les facultés de médecine et de psychologie. Elle est issue de la pratique de Milton Erickson, psychiatre et psychologue américain, qui a fait de nombreux travaux sur l’hypnose thérapeutique. C’est une hypnose permissive, indirecte, faisant appel à des métaphores où l’imaginaire est stimulé afin que le patient puise dans ses propres ressources pour la résolution des problèmes.
L’hypnothérapeute ne sert que de guide. Le postulat du Dr Erickson est simple: l’inconscient est bienveillant et dispose de puissantes ressources, souvent ignorées, mais que si on lui en donne l’occasion est capable de trouver les solutions aux problèmes.

Les intérêts médicaux sont multiples: gestion de la douleur, traitement des troubles anxieux, des addictions et des psychopathologies,…
L’hypnose est désormais intégrée dans les hôpitaux, notamment dans les soins palliatifs, les services d’oncologie ou les interventions chirurgicales.
C’est un outil  qui vient en complément de la pratique professionnelle de chacun; permettant une modification des perceptions et altération de la réalité grâce aux capacités de l’imaginaire du patient. En créant une passerelle entre le corps et l’esprit, l’hypnose permet  d’activer des mécanismes psychologiques et physiologiques menant à la guérison.

Les bénéfices rapportés sont:

  • Absence d’effet indésirable lié à l’anesthésie
  • diminution douleurs postopératoires
  • moins de saignement
  • meilleure récupération post-opératoire
  • stabilité paramètres hémodynamique
  • conditions d’opérations excellente.

Sans oublier que la motivation et la confiance du patient dans l’équipe opératoire jouent un rôle important.

A venir :
Street-Hypnose: l’hypnose à la rencontre de la rue (en attendant, retrouvez moi sur cette vidéo)

5 Réponses à “La vérité sur l’hypnose”

  1. Jennifer

    Bonjour,
    Je souhaiterais savoir si sous hypnose nous disons toute la vérité. Car j’aimerais me faire hypnotisé pour prouver à mon chéri que je ne lui ment pas sur ma fidélité. Il est persuader que je le trompe, j’ai tout essayer pour lui faire réaliser que je disais vrai mais rien ne marche. Suite à fout cela mon couple est au bord de rupture, on s’aiment plus que tout mais cela tue notre couple. Suite à un reportage à la TV je me suis dit pourquoi pas essayer l’hypnose. J’attends vos réponse avec impatience.
    Cordialement

    • Sébastien DUFOURCQ

      Bonjour,
      L’hypnose est un état naturel que vous expérimentez déjà au quotidien et son exploitation ne peut vous contraindre à faire quoique ce soit contre votre gré. C’est une approche qui nous permet de reprendre le contrôle sur nos propres mécanismes inconscient, et c’est en ce sens que j’y vois une application pratique dans votre cas: votre compagnon pourra bénéficier de séances avec un hypnothérapeute pour travailler sur son manque de confiance/peur de l’abandon qui se traduit par ce comportement destructeur pour votre couple. Peu importe vos efforts et les preuves apportés, ce ne sera jamais suffisant tant qu’il n’aura pas pris conscience et travaillé sur cette problématique.
      Cordialement

Laisser une réponse